Nuit – René Crevel

Doucement pour dormir à l’ombre de l’oublice soirje tuerai les rôdeurssilencieux danseursde la nuitet dont les pieds de velours noirsont un supplice à ma chair nueun supplice doux comme l’aile des chauves-souriset subtil à porter l’effroidans les coins où la peau se fait craintive, émuepour mieux aimer, pour avoir peurd’un autre corps et du froid.Mais... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑