Sonnet pasolinien

"Comme le peu de sperme que nous nous sommes versé Dans nos premières rencontres lointaines - Ce peu de sperme, signe d'une nouvelle existence - Qui salissait les couvertures ou les mains - Ainsi as-tu vu mes larmes... Les plus tristes, Cependant, comme ce sperme, dont ne reste Rien - larmes de qui ne peut... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑