LA REINE MORTE – Ivan de Monbrison

Au cimetière du Père-Lachaise, Ivan de Monbrison vient de s’échapper non sans mal de la mausolée Demidoff, retenu captif par célèbre baronne Elizaveta Alexandrovna Stroganova… Mais il demeure, perdu entre les tombes, à la recherche de sa Reine.  

Il présente aux éditions Hexen sa dernière œuvre : La Reine morte, journal poétique de sa quête désespérée. 

Ce livre sera édité le 10 juillet et distribué dans toutes les bonnes librairies, selon l’expression consacrée (déjà visible notre boutique en ligne HEXEN : https://editionshexen.bigcartel.com/product/la-reine-morte).

Ivan de Monbrison, né en 1969 à Paris, est peintre, sculpteur et poète.

En parallèle de nombreuses publications dans diverses revues telles que Friches, Arpa, Phréatique, Concerto pour marées et silence, Hexen, Traversées, Pojar, il a édité L’Ombre déchirée (La Bartavelle, 1994), Journal (La Bartavelle, 1997), La corde à nu (La Bartavelle, 2000), Ossuaire (HC, 2009), Sur-faces (HC,  2011), Les Maldormants (Ressouvenances, 2014) , Orgasmes et Fantaisies (5 Sens, 2016), Nanaqui ou les tribulations d’un poète (5 Sens , 2017), The Overflowing body (Greying Ghost press, 2018), Irradié (Le Chat Polaire, 2020), La cicatrice nue (Traversées, 2020), Le Vide Intime (Hexen, 2020).

Aujourd’hui, il travaille à une réécriture de la Divine Comédie de Dante Alighieri, intitulée Opus 666. L’Enfer.

Angela Fortin

Artiste plasticienne, Angela Fortin est née à Brest. Elle s’intéresse aux différentes formes crées par ce qui est vivant : formes minérales, animales, paysages, lieux où l’homme a laissé des traces de son passage, à travers la vision de « micro » mondes.

L’observation es très importantes dans son travail. Elle met en évidence un répertoire de formes qui interroge notre rapport au monde, à ses origines, notre rapport au temps et le lien que l’homme a gardé avec la nature. En 2019, elle publie Le Langage des feuilles chez Edilivres, un recueil de poèmes qui est une ode au voyage et à la marche, à la conversation, à la lenteur. Musicienne, elle met aussi en musique son travail d’écriture.

Site personnel : angela-loeiza-fortin.blogspot

Elle a publié dans le numéro deux de la revue Hexen les poèmes suivants : Hard disk, La mémoire du verre, Onde, Le monde renversé et La brèche de feu.

Daniel Cabanis

Daniel Cabanis est né en 1956. Il est plasticien, éditeur spécialiste en copy-art et livres d’artistes.

Egalement auteur de L’Amour à l’écossaise, « roman-photo sans photos dont la trame narrative reprend les spongieux motifs d’un peignoir écossais ». Agitateur de mémoire(s), il tient un Catalogue des pense-bêtes idiots. Il est aussi l’inénarrable Corbo de ventscontraires.net, revue collective du Théâtre du Rond-Point dirigé par Jean-Michel Ribes.

Son texte illustré Disons que Marthe est morte est au sommaire du numéro deux de la revue Hexen.

La Morsure de l’ange : lecture de Valéry Meynadier

Divine lecture de La Morsure de l’ange de Valéry Meynadier (notre rédactrice en cheffe) accompagnée par Dominique Bertrand à la belle et courageuse librairie Équipages au mois de décembre.


« J’ai désécrit chaque mot /
À coups de langue »
Éditions Al Manar, encre de Rachid Koraïchi, collection Erotica, 2020

Le numéro 2 de la revue Hexen est disponible : sommaire !

Une réimpression caniculaire, 200 pages, une multitude d’artistes au rendez-vous : c’est enfin le numéro 2 de la revue Hexen qui sort juste de l’imprimerie.. Et déjà en ligne ici : revue Hexen numéro 2

Au sommaire :

Éric Dussert // Codicophilie
Jean-Marc Flapp // La Tour
Joséphine Lanesem // Contre la mort
Petit-être // écoute claquer les drapeaux noirs
Ivan de Monbrison // Opus 2.4.6
Daniel Cabanis // Disons que Marthe est morte
James Fleann // HP3
Evgue-Riek Gevamagdala // Sous la tour blanche
Paul Elisia // Étranges hôtels
DOSSIER SPECIAL NELLY ARCAN
Lilas Bass // Nelly Arcan, écrivaine de la marge ultralucide
Virginie Foloppe // Nelly Arcan – Une utilisation féministe de la psychanalyse
Œuvres d’Arcan
Éclats de Nelly Arcan
Biographie
Principaux travaux sur Nelly Arcan
Ruth Nahoum // La Pudeur
Lisa Santos Silva // La vie en rose
Étienne-Marcel Dusssap // Forcipressure
Jean-René Vif // Scènes de la vie de Heidegger
Jeanne Miromensil // Désamour
Viviane Campomar // La légende de l’Érogisante
Valéry Meynadier // Poèmes
Angela Fortin // Hard Disk
Lila Lakehal // L’aube est l’X
Virginie Foloppe // Petite, fais voir comment tu es grande
Marina Giangregorio // Bois et mots flottés
Clélia Gabyrel // Clé d’ogive
Lilas Bass // Les larmes aussi ont une fin
Félix Fénéon // Illuminations

Couverture : Ruth Nahoum

200 pages
16x23cm

Merci mille fois de votre patience et compréhension en ces temps difficiles.

L’anniversaire – Lisa Santos Silva

« Le sang Celte, Romain, Lusitain et tant d’autres, ont fait d’elle une femme à la force archaïque. De peau claire et cheveux sombres, qu’elle porte longs et souvent tenus par des peignes, Palmira a l’habitude de regarder droit devant. Quelque chose en elle agace pourtant, une fierté, peut-être, ou bien ses boucles d’oreille en or, va savoir…

Palmira a connu la disparition du monde qui l’a vu grandir sous les tropiques, elle a connu la guerre, des révolutions, a participé à des commencements historiques, elle a inspiré des artistes :
« ….
Toi
cristal pointu
Sans gaine,
les angles saillants
lueur frêle et froide
d’arme blanche
…. 1) »
[…]
Partout où elle passait, Palmira dressait désormais de petits ou grands reliquaires du culte des êtres disparus, de ses maisons hantées, de ses bonheurs et de ses joies, une manière de narguer le temps, de narguer le destin. Quelque chose de l’animisme des tropiques avait pénétré son âme. L’une de ses amies disait d’elle que Palmira était la prêtresse de son propre culte… Se sentait-elle toujours menacée ? Oui, bien sûr. »

Extraits de L’anniversaire, de Lisa Santos Silva, publié chez Maliciosa Alta Éditions

Sur l’image, le catalogue et cartes postales de Metamorfoses do Albatroz, exposition consacrée à Lisa Santos Silva au Museu Nacional do Traje (Musée National du Costume) à Lisbonne.

Merci mille fois à l’artiste pour cet envoi ! Nous la retrouverons dans les pages de la revue Hexen numéro 2 et 3.

  1. Eurydice Trichon Milsani, in 25 Poèmes pour L, 1985

Prochain Cabaret et réimpression du n°2 de la revue Hexen

Un télex pour vous annoncer la date du prochain Cabaret Hexen : 23 septembre 2020. Cela se déroulera à partir de 18h dans un cadre festif et poétique, au cœur du 20ème arrondissement de Paris (événement reporté).
Plus d’informations à venir, très vite.

Autre nouvelle : la réimpression du numéro 2 de la revue Hexen aura bien lieu avant le 15 août.

Belle soirée, psychiquement vôtre.

Aujourd’hui, lancement du livre d’Ivan de Monbrison : Le Vide Intime

Oui, c’est allé plus vite que prévu. Eh bien, voilà, nous voici partis dans une belle aventure. Il s’agit d’un grand texte, plein de souffrance et d’humour.

C’est aussi le premier livre publié par les Editions HEXEN ; alors : champagne !

Déjà disponible à la vente ici : https://editionshexen.bigcartel.com/product/le-vide-intime

Tous droits réservés : The Trammps – Disco Inferno