Présentation du sommaire du numéro 3 de la revue Hexen

Auparavant « patchwork » selon l’expression d’Eric Dusssert, la revue Hexen se scindera désormais en cinq parties :

  • eXcritures proposera des textes marqués au fer rouge, une écriture du dehors, qui cherche le dehors, des mots qui poussent d’entre les murs, d’entre les dents.
  • eXpositions sera dédiée aux arts visuels, marginaux, expérimentaux ; aux scènes ouvertes, claires, obscures.
  • réfleXions portera sur les connaissances singulières et occultes.
  • eXquises/eXtrêmes regroupera des écrits qui auront pour référence la superbe phrase de Nora Mitrani : « les représentations érotiques, si elles ne provoquent pas le vertige ou les larmes, sont méprisables« .
  • eXilée mettra à l’honneur une personnalité, littéraire ou artistique, injustement oubliée. Parce que née au mauvais moment, au mauvais endroit et souvent portant une voix dérangeante.

Voici donc un avant-gout du prochain numéro d’heXen. D’ici quelques jours, nous vous détaillerons la liste des auteurs participant à cette aventure.

Belle nuit et merci infiniment de vos messages de soutien !

Le numéro 3 de la revue Hexen sortira le mois prochain : voici déjà la couverture !

Bonsoir !

Après moult péripéties, nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du numéro 3 de la revue Hexen, nouvelle version, au mois de septembre 2021. C’est avec beaucoup de fierté que nous avons choisi d’illustrer la couverture de cette troisième édition par un dessin original signé Lucm Rezé.
Peintre dont vous pouvez consulter la somptueuse galerie en ligne ici (ainsi que ses réflexions, notes et pensées) : https://lucmreze.blogspot.com/

Ce nouvel opus de la revue Hexen s’annonce des plus riches ; voici les premiers éléments « bruts » :

Art et littérature.
Couverture originale de Lucm Rezé imprimée sur papier satiné « peau de pèche ».
Dos carré-collé.
40 auteurs.
12 peintres et photographes.
212 pages.
Papier couleur.
En ligne courant septembre 2021.

De nombreuses surprises figureront au sein des textes.

Il sera bien sûr disponible sur notre site de vente en ligne : https://editionshexen.bigcartel.com.

Evidemment aussi dans toutes les bonnes librairies de France et de Navarre… A bientôt pour davantage de précisions. Et bien sûr, nous organiserons un mémorable Cabaret Hexen pour fêter cette publication ! Nous comptons sur vous !

Retour en images sur la soirée littéraire – Cabaret Hexen – du 25 juillet 2021

Pour le lancement du livre d’Ivan de Monbrison, La Reine morte, le Cabaret Hexen s’est offert au public des Galopins, place de Clichy, dans la plus pure démesure dadaïste.

L’auteur survolté, tantôt éphèbe perruqué, tantôt moine bonze masochiste, nous a livré une performance viscérale de son œuvre. Il n’a pas hésité pour cela à se faire piétiner au sens propre du terme par Agnès Henneguy, partenaire consentante de la transe poétique de son partenaire de jeu. Tout cela sous l’œil mi-sévère, mi-complice d’Etienne Cottereau, metteur en scène génial de Guérasim Luca.

Julie Facquier, future auteure de la revue Hexen nous a lu plusieurs passages de ses livres : Mauvaises chute et Le chant silencieux du Colibri. Nimbée de bleu pétrole, elle a illuminé la scène accompagnée par le guitariste des étoiles, Fred Alera. Ses œuvres ont fait un malheur.

Chloé Oster, qui dirige la compagnie théâtrale de l’Obskuravu, mais qui est aussi écrivaine – Sous le Même Ciel publié en 2018, remarqué par le concours Vivons les Mots, a porté les vers du mystérieux et envoûtant poète Petit-être, présent dans le prochain opus de de la revue Hexen.

Pour saisir l’essence musicale de ce moment déraisonnable, il nous fallait un sage… Après avoir capturé la poésie de Petit-être, Dominique Bertrand, penseur multiple, musicologue, poète, sorcier, philosophe et accessoirement virtuose de la flute shakuhachi, a saisi comme jamais la frénésie incantatoire des mots de Valéry Meynadier, récemment éditée par les éditions Al Manar pour La morsure de l’ange, dans la collection Erotica.

En ouverture de cette sarabande infernale, François Pain-Douzenel, metteur en scène et co-fondateur de la compagnie « Les Pirates des Songes« , nous a véritablement lancé un sort sous la forme d’une danse digne d’une cérémonie vaudou. Et, en guise de conclusion, il nous a invité, sur les traces de Charles Bukowski, à boire un « Dernier verre« … Nous ne sommes pas fait prier.

Le tout sur des thèmes musicaux de Georges Delerue, de Chet Baker et Marilyn Manson.

Maintenant, place aux images…

J-5 avant la soirée de lancement du livre La Reine morte d’Ivan de Monbrison !

Ce dimanche 25 juillet à partir de 18h30 au bistro Les Galopins, 66, rue de Clichy, 75009, Paris… Métro Place de Clichy. Il y aura des animaux sauvages en liberté, un danseur-sorcier, des lectures fougueuses, des musiciens électriques et lunaires, du cinéma sur grand écran… On vous attend avec impatience pour cette folle sarabande !

Paul Celan : Renverse du souffle

À PRAGUE

La moitié de mort
allaitée avec notre vie,
était là tout autour de nous vraie d’images de cendres —

nous aussi
nous buvions encore, entrecroisés d’âme, deux dagues,
cousus à des pierres de ciel, né de sang de mot
dans le lit de nuit,

nous avons grandi et grandi
de plus en plus l’un au travers de l’autre, il n’y avait plus de nom pour
ce qui nous poussait (l’une des trente
et combien
était-elle, mon ombres vivante,
qui grimpait l’escalier de délire jusqu’à toi ?),

haute tour
l’À-moitié s’allait construire dans le vers où,
Hradschin*
de pur Non-de faiseur d’or
un hébreu d’os,
moulu en sperme,
s’écoulait dans le sablier
que nous traversions à la nage, deux rêves maintenant, sonnant
contre le temps, sur les places.

*Le Hradschin est le grand château de Prague.

Paul Celan – Renverse du souffle
Tableau : œuvre d’Ivan de Monbrison

Article complet de Virginie Foloppe pour la revue Hexen 3 : Edi Dubien – Se dépeindre

« Je me souviens de toi, quand, à l’aide d’un herbier, tu composes les feuilles de ton art, un recueil d’images sensitives. La tentation de souffler sur un pissenlit me prend. Car, dans ton dictionnaire botanique, je découvre des définitions que je ne connais pas. Leur lumière me parvient, à travers les voltiges d’akènes à la délicatesse florale. »

Virginie Foloppe

https://issuu.com/home/published/edi_dubien_-se_d-peindre_par_virginie_foloppe_po

Publication de La reine mort et de Terres amères d’Ivan de Monbrison aux éditions Hexen

Les exemplaires de La Reine morte & Terres amères, dernier recueil poétique d’Ivan de Monbrison publié par les éditions Hexen viennent enfin de nous parvenir ! Ils sont magnifiques et déjà disponibles à la vente via notre site (ici ==> https://editionshexen.bigcartel.com/product/la-reine-morte) ! Nous vous attendons aussi avec impatience à la soirée de lancement du livre le 25 juillet ! À partir de 18h30, aux Galopins, 66, rue de Clichy, 75009 (souvenez-vous : https://editionshexen.com/2021/07/01/lancement-du-livre-la-reine-morte-divan-de-monbrison/)….
À tout vite !

« L’amour est a réinventer
l’amour
se
quitte
se
révulse
se
révolte
s’écrit
se crie, s’écrit
démence originale
mais tu as peint ma silhouette en noir sur ton tombeau »

Ivan de Monbrison – La Reine morte

Né en 1969 à Paris, Ivan de Monbrison est peintre, sculpteur et poète.

En parallèle de nombreuses publications dans diverses revues telles que Arpa, Friches, Phréatique, Concerto pour marées et silence, Hexen, Traversées, Pojar, il a édité L’Ombre déchirée (La Bartavelle, 1994), Journal (La Bartavelle, 1997), La corde à nu (La Bartavelle, 2000), Ossuaire (HC, 2009), Sur-faces (HC, 2011), Les Maldormants (Ressouvenances, 2014) , Orgasmes et Fantaisies (5 Sens, 2016), Nanaqui ou les tribulations d’un poète (5 Sens , 2017), The Overflowing body (Greying Ghost press, 2018), Irradié (Le Chat
Polaire, 2020), La cicatrice nue (Traversées, 2020), Le Vide Intime (Hexen, 2020).

Aujourd’hui, il travaille à une réécriture de la Divine Comédie de Dante Alighieri, intitulée Opus 666. L’Enfer.

Grand méchant loup, nouvelle érotique de F. Duchâtel

« Âgée de 31 ans, je suis passionnée de littérature et j’écris principalement des nouvelles et de la poésie depuis le plus jeune âge. Mon premier recueil de poèmes « tes bras sont une fête » est sur le point de paraître. Mes thèmes de prédilection sont la féminité et les différentes manières de l’habiter, la folie et la complexité des rapports humains ».

« Le sort de la soirée se scella là, yeux sur l’asphalte, son membre dans la main. »

La totalité de cette nouvelle sera publiée dans la revue Hexen 3.

T’épingler, Tout droits réservés Nina Scceletton

https://issuu.com/revuehexen/docs/f.duchatel-_grand_m_chant_loup_revue_hexen