Hira-Mandi

Dernière échoppe ouvertedans la nuit de la villeguirlandes de pimentssamovar et phalènesHalo blanc de l’acétylènela barbe du patron est teinte d’un rouge espiègle Trois hommes vêtues de cuirlapent le thé vert versés dans leur soucoupehautes pommettesbrillant dans leurs faces cuivréessous la frange de feutres informepèlerins du Tibet chinoisen route vers l’Inde gangétiquepour accrocher leur moulin... Lire la Suite →

Traité du funambulisme

Seul sur son fil Là-haut, durant la longue accoutumance à son nouveau territoire, le funambule se sent seul. Sa silhouette restera longtemps inanimée. Agrippé des deux mains à la passerelle devant ce câble horizontal sur lequel il n’ose poser le pied, on croirait qu’il boit avec paresse le soleil couchant.Il n’en n’est rien. Il gagne... Lire la Suite →

L’anniversaire – Lisa Santos Silva

"Le sang Celte, Romain, Lusitain et tant d'autres, ont fait d'elle une femme à la force archaïque. De peau claire et cheveux sombres, qu'elle porte longs et souvent tenus par des peignes, Palmira a l'habitude de regarder droit devant. Quelque chose en elle agace pourtant, une fierté, peut-être, ou bien ses boucles d'oreille en or,... Lire la Suite →

Nous sommes invisibles – Edmond Jabès

Quand tu es loinil y a plus d'ombredans la nuitil y aplus de silenceLes étoiles complotentdans leurs cellulescherchent à fuirmais ne peuventLeur feu blesseil ne tue pasVers lui quelque foisla chouette lève la têtepuis ululeUne étoile est à moiplus qu'au sommeilet plus qu'au cieldistant absentprisonnière hagardehéroïne exiléeQuand tu es loinil y a plus de cendresdans... Lire la Suite →

ETOILE, RESTE UNE ETOILE°

"Grande fleur des forets, grande fleur cicatrisante ouvre toi chaude, ouvre-toi rouge sur ma tête araigneuse ; je ne veux faire de toi qu'une grande fenêtre sans vitre de soleil et de musique ; ouvre-toi en robe nocturne, en rose de feu, en notes aiguës de pierre de feu, toi qui gardes vraiment ce cri... Lire la Suite →

Auberge – Pierre Reverdy

Auberge Un œil se fermeAu fond plaquée contre le mur la pensée qui ne sort pasDes idées s'en vont pas à pasOn pourrait mourirCe que je tiens entre mes bras pourrait partirUn rêveL'aube à peine née qui s'achèveUn cliquetisLes volets en s'ouvrant l'ont abolieSi rien n'allait venirIl y a un champ où l'on pourrait encore... Lire la Suite →

Les danses nocturnes – Sylvia Plath

Les danses nocturnes Un sourire est tombé dans l'herbe.Irrattrapable! Et tes danses nocturnes, où iront-ellesSe perdre. Dans les mathématiques? De tels bonds, des spirales si pures –Cela doit voyager Pour toujours de par le monde, je ne resterai donc pasTotalement privée de beauté, il y a ce don De ton petit souffle, l'odeur d'herbeMouillée de... Lire la Suite →

Le Guetteur mélancolique

Et toi mon cœur pourquoi bats-tu ?Ô toi, mon cœur Afrique entonneLe chant d’un vieil arbre abattu ;De son bois un djembé résonneDans la mangrove au souvenirBaignant l’enfance en devenir.Las ! que ma forêt me pardonne ! Du bois de l’arbre est la pirogueOù doucement l’enfant s’endort ;Dérive, insouciance, et vogue,Le fleuve et ses reflets... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑