Article complet de Virginie Foloppe pour la revue Hexen 3 : Edi Dubien – Se dépeindre

« Je me souviens de toi, quand, à l’aide d’un herbier, tu composes les feuilles de ton art, un recueil d’images sensitives. La tentation de souffler sur un pissenlit me prend. Car, dans ton dictionnaire botanique, je découvre des définitions que je ne connais pas. Leur lumière me parvient, à travers les voltiges d’akènes à la délicatesse florale. »

Virginie Foloppe

https://issuu.com/home/published/edi_dubien_-se_d-peindre_par_virginie_foloppe_po

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s