Vivre dans le feu

D’une manière ou d’une autre, qui que vous quittiez ou vers qui que vous alliez (votre destinée est dans les sentiments, pas dans les gens) – quoi que vous quittiez et vers quoi que vous alliez – vous allez à votre âme (vos événements sont tous à l’intérieur), de plus dans la ville éternelle, qui en a tant vu et tant avalé que, bon gré mal gré, tout ce qui est violemment-personnel fera silence, sera transfiguré.
Vous aurez la Seine, ses ponts, ses brouillards : les siècles les surplombent. J’ai vécu à Paris, ce fût plus un rêve de Paris que Paris lui-même. (comme toute ma vie est un rêve de la vie et non la vie !)

Marina Ivanovna Tsvetaïeva, Vivre dans le feu, Le Livre de Poche, traduction de Nadine Dubourvieux 

 © Shocking Blue – Venus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :