Extrait de Codicophilie d’Eric Dussert

« Codicophilie

« Gibert Jeune est plus proxime que Gibraltar. »

Anonyme (xxie siècle)

La paume d’abord s’y presse. Toute la surface de l’épiderme entre en contact avec la forme si peu faite pour absorber une pensée continue, et où, cependant, elle se love.

L’index se glisse entre les pans. Des falaises. Elles s’ouvrent mal, résistent, tirées qu’elles sont d’un sommeil ancien, ou d’une léthargie passagère. On n’a pas idée de réveiller des sens engourdis.

L’index poursuit et glisse encore. Les sens s’habituent peu à peu au contact de l’épiderme d’un doigt, d’une paume, de phalanges. (On réserve les ongles qui vont blesser la feuille tendre). Les falaises s’incurvent, semblent s’amollir, glissent.

L’œil voit. L’essence se déploie et noie les sens d’un mirage de plomb, odorant comme une forêt de métaux lourds. Les pans gravés, typographiés par la vie peut-être, luisent, s’habillent de la lumière qui les atteint. A ce stade, ils dévoilent leur sens à qui sait les lire.

Une odeur se dégage de la conque envahie. Épices ? Glaises ? Un léger parfum de tabac blond peut-être. »

© Eric Dussert

http://www.alamblog.com/

Publication dans le numéro 2 de la revue Hexen. A suivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :